mardi 4 août 2015

La Dame à la licorne chez Futuropolis



En avant première mondiale pour les lecteurs de ce blog, la participation d’Émile Bravo à la prochaine sortie de la maison d’édition Futuropolis : La Dame à la licorne.

Edito : 
La Dame à la licorne, revisitée par Émile Bravo, Kajika Aki-Ferrazzini, Charlotte Arène, Laura Bertrand, Héloïse Chochois, Manon Debaye, Emmanuel Espinasse, Pauline Hébert, Ariane Hugues, Guillaume Laugé, Henri Lemahieu, Marin Martinie, Léopold Prudhon, Maxime Sabourin, Louise Smith, Adèle Verlinden et Zéphir.
Durant trois ans, 16 étudiants en illustration de l’école Estienne, ont dû réaliser une histoire courte en bande dessinée sur La Dame à la licorne. Ils racontent à leur manière, souvent drôle et décalée, ce que leur évoque, à plus de 500 ans de distance, cette série de 6 tapisseries tissées en 1500, chef d’œuvre du musée du Cluny. Un dialogue savoureux à travers le temps, entre une œuvre d’art du Moyen-âge et de jeunes étudiants en art graphique.

Quelques mots d’explication de Sébastien Gnaedig (Directeur éditorial chez Futuropolis) sur ce projet :
" Émile Bravo a réalisé deux planches en guise de préface à cet ouvrage collectif d’étudiants de l’école Estienne.
Émile est jury du diplôme du DMA illustration à l’école Estienne. J’ai partagé ce jury trois ans avec lui.
C’est de cette expérience que j’ai eu l’idée de faire travailler des étudiants de ce diplôme (sur 3 ans) autour de la dame à la licorne, série de 6 tapisseries du musée de Cluny.
C’est au départ le musée de Cluny qui souhaitait faire un livre sur leurs collections comme j’avais pu le faire auparavant avec le musée du Louvre. À cette demande, j’ai trouvé intéressant de confronter le regard de jeunes artistes de 20 ans sur des œuvres de l’antiquité et du Moyen-Âge.
J’ai demandé à Émile d’en être le « parrain » car il était aussi enthousiaste que moi sur le travail de ces étudiants et à ce titre je lui ai demandé de faire une petite histoire à sa manière de ces tapisseries."

Merci Sébastien pour ce partage ainsi qu'à Futuropolis pour leur aimable autorisation.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire